Nouveauté : Livraison gratuite pour vos envois en Chrono Relais France !

Journal

  • Good Morning Starshine

    tumblr_n2spalFVqc1qbqwc2o1_1280

     

    Je ne serais pas arrivée là si…

    Si mon cher père ne m’avait pas initiée au monde merveilleux de la chaussure. J’allais à son bureau comme d’autres enfants allaient au parc les fins d’après-midis, les mercredis, les week-ends. Mes parents n’avaient pas les moyens de m’offrir une nounou alors je naviguais entre les cartons et les boîtes à chaussures. Je me construisais des cabanes, je me fabriquais des donjons avec les cartons. Je m’amusais comme je pouvais au gré des livraisons. Ce fut exactement pareil pour Renaud, mon fils qui m’a accompagnée partout. Dans chaque boutique, chacun de mes déplacements. En Asie, en Normandie. Nous avons véritablement cela dans le sang. De plus je me souviens que mes parents avaient hébergé une cousine à eux qui avait avait fui l’Espagne et son régime d’alors. Une femme incroyable. Une artiste complète et complètement folle aussi mais avec laquelle j’ai découvert des écrivains, des auteurs, des plasticiens, des cinéastes fantastiques. Elle s’était créé un petit atelier dans la placard à balais de notre appartement et elle y confectionnait toutes sortes de choses : des poupées, des automates, des éléments de décor. Elle passait son temps à créer et je lui servais parfois d’assistante. J’ai appris à ses côtés l’amour du tissu et des matières nobles. Elle n’était pas facile et même parfois très dure, mais j’ai appris une certaine rigueur à ses côtés et la poésie. Et puis un jour elle est partie, sans rien dire, sans remercier. On s’est fait du souci et puis on a appris qu’elle était partie au Canada, chez un autre cousin. Elle s’était mise à concevoir des manèges à sensations fortes et à grande vitesse dans la ville de Vancouver.

     

     

    Vos parents fréquentaient beaucoup le milieu intellectuel parisien de la grande époque. En avez-vous profité ? Qu’est ce que cela vous a-t-il amené ?

    Le milieu intellectuel parisien me passionnait. Mais celui des années 20 et des années 30. Je me suis beaucoup documentée à ce propos. Par contre celui qui venait chez moi ne m’impressionnait pas beaucoup car ils étaient des proches. C’était comme des tontons, d’autres des tatas. Ca discutait situationnisme mais je n’y comprenais pas grand chose quand j’étais petite. Je me souviens tout de même que je me couchais très tard, bercée par les volutes de fumée et les effluves de whisky.

     

    Vous avez été diagnostiquée surdouée à 12 ans. En quoi cela a-t-il affecté votre adolescence ?

    Mes parents étaient préoccupés parce que je passais plus de temps à regarder ce qui se déroulait dans la cours de mon école qu’à écouter en classe. J’avais du mal avec l’enseignement. C’était lent et fastidieux et je rêvais déjà de travailler et de dessiner mes premiers modèles. Mes parents m’ont donc emmenée chez des psys et m’ont fait passer toute une batterie de tests au sortir desquels j’avais été diagnostiquée à part. Du coup j’ai sauté une classe et surtout cela a rassuré mes parents qui croyaient que j’étais inapte à l’école et à peu près à tout le reste. Je l’étais d’une certaine façon.

     

    Quel a été le premier regard bienveillant posé sur vous ?

    Ma grand-mère sans aucun doute. Je l’ai très peu connue car elle s’en est allée alors que j’étais très jeune mais elle me guidait sans cesse dans mes croquis, mes dessins de robes et de vêtements. C’est par la suite que je me suis mise à appliquer cela à la chaussure. C’était un travail plus méticuleux et compliqué mais quand m’y suis mise, j’en ai découvert des joies de création très intenses.

     

    Quand avez-vous compris que vous alliez monter votre marque ?

    Quand j’en ai eu marre me mettre à disposition mon savoir pour les autres. Il était question d’émancipation. Je travaillais avec mon mari et j’avais besoin de prendre un peu d’air et surtout de me prouver à moi-même que j’avais les ressources nécessaires pour monter ma propre marque avec la vision qui en découlait.

     

    Et cela a tout de suite été simple instantanément ?

    Oh non j’ai débuté vraiment à tâtons sur la pointe des pieds, de peur de déranger. Je ne voulais qu’une chose, un éclat de joie et de couleurs. Alors j’ai tenté de me faire une timide place auprès de mon mari, soutenue par Renaud. Ca a été un peu compliqué au début et il a fallu se battre.

     

    Si vous deviez recommencer, vous referiez tout à l’identique ?

    A peu de choses près que je commencerais plus tôt cette aventure.

     

    Et pourquoi donc ne pas l’avoir fait plus tôt donc, à l’époque ?

    C’est une bonne question. Mais je crois que je n’étais pas prête à me dévoiler, à exposer mon travail. Ce n’est pas anodin de le faire. C’est une question de timing. Et il faut toujours garder un œil sur le cadran de la montre.

     

    L’on dit souvent que vous avez réinventé le glitter. Parfois même que vous l’avez inventé. En tout cas vous avez su lui donner vie de façon si gracieuse que vous semblez vous être approprié la matière.

    Oh c’est gentil. Je l’ai juste utilisée comme je l’entendais, de façon très simple et épurée. C’est ma grand-mère justement qui la première m’avait toujours intimé à pousser le curseur toujours un peu plus loin. Ne jamais hésiter à s’exprimer comme on le veut. Chercher au fond de ses tripes et de son âme quelle est la façon la plus juste de dire les choses. C’est en étant la plus juste possible sur son expression que l’on peut laisser le doute s’installer.

     

    Vous avez souvent été approchée par le cinéma. J’ai entendu dire que le remake de Barbarella avait fait appel à vos talents ?

    Oui c’est vrai. Mais la production a été mise en pause. Je crois qu’il y a eu des problèmes de droits. Du coup c’est reporté. Nous sommes souvent appelés pour des pièces, des films des séries. Il est très rare que nous répondions positivement aux demandes cars nous n’en avons pas le temps.

     

    Ce père si présent, si important, que vous a-t-il le plus apporté ?

    Il m’a donné l’envie de continuer et de porter ses efforts, les transformer. Une certaine rigueur et le respect d’autrui. Il me racontait beaucoup de choses sur sa vie, ses déplacements. Il pouvait parler des nuits entières non-stop sans jamais raconter deux fois la même chose. Je ne sais pas comment il a fait avec une seule vie pour faire tout ce qu’il a fait. Forcément cela m’a poussé à une vie nomade, à voyager, découvrir, rencontrer. Forcément, ça forge. Et puis l’amour du travail bien fait. Je l’ai toujours vu travailler d’arrache-pied pour donner le meilleur de lui-même. Il ne s’arrêtait jamais.

     

    Que faut-il attendre de vos prochaines collections ?

    Un renouvellement mêlé à de la continuité. De la continuité avec une Fifty-Five lumineuse, de la paillette soyeuse, une Gaby chaleureuse. Et puis un renouvellement de forme avec de nouvelles hauteurs de talons, des bouts plus fins, des nouvelles illustrations sur les chaussures. Je suis très heureuse et très excitée à l’idée de montrer tous ces nouveaux modèles car je pense que cette nouvelle collection sera surprenante, vivifiante et amusante. Ce qui compte pour créer des chaussures c’est de s’amuser en le faisant car c’est le meilleur moyen de parvenir à faire quelque chose de gai et de créatif et qui plaira.

     

    Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir chère Patricia ?

    La même chose qu’à tout le monde sur cette planète. De la sérénité, de la joie. Et en abondance.

     

    • Propos recueillis par Thierry Troyat de l'Académie Française.
  • La petite histoire de Like a Virgin

    Boots - jaune - cuir - vintage - Patricia Blanchet

    Nous faisons toutes et tous à un moment donné de notre vie une rencontre avec une oeuvre. Un disque, un film, un groupe, un tableau, un livre, un auteur. Cela peut-être instantané, cela peut prendre son temps, cela peut-être fulgurant ou insidieux. 

    Lire la suite
  • Nom de la Rose

    29906170001_5270397730001_5270388108001-vs

    Comme à chaque saison, le tout Paris attend impatiemment les nouvelles collections de Patricia Blanchet. Et au lieu de se mettre une insurmontable pression la Team , au contraire, en profite à chaque fois pour surprendre son monde en sortant des modèles toujours plus épatants les uns que les autres. Mais ce qui attise la curiosité, toujours, ce sont les noms que leur attribuent la Team Blanchet. Allons à la rencontre de la plus belle équipe depuis la Dream Team.

    Lire la suite
  • Renaud Blanchet, un être à part dans la galaxie de la chaussure

    all_that_jazz_roy_scheider

    Très discret, non pas par fierté mal placée, mais plutôt parce qu'il est très occupé, toujours  à mi-chemin entre le burn out et la contemplation pure, la matière grise de la Team Patricia Blanchet est un homme qui gagne à être surcoté. Rencontre avec Renaud Blanchet, valeur refuge d'une famille qui n'en finit plus de nous étonner.

    Lire la suite
  • Une inspiration terrestre et majestueuse

    xin_552030724155464021281     toucan

    Avant chaque lancement de nouvelle collection, telle une moine, chaussée de mes plus beaux escarpins, je pars avec ma team à la recherche du sacré Graal, l'inspiration divine en espérant être touchée par la foudre tel l'arbre de vie scindé en deux par les dieux de l'Olympe.

    Lire la suite
  • Michelle Obama parle enfin à coeur ouvert et déclare sa flamme à Patricia

    2617056-michelle-obama-ceremonie-d-ouverture-d-810x620-1

    Maintenant qu'elle est libre de tout engagement et que la pression de la Maison Blanche est retombée, l'ex Première Dame des Etats-Unis a bien volontiers voulu répondre au chassé-croisé d'un question/réponse fugace mais ô combien vivifiant.

    Lire la suite
  • Carton Plein, une association nécessaire

    collecte-rashida-geoff happy-carton-plein

     

    Lorsque nous recevons nos belles petites chaussures, elles arrivent dans des cartons, de très grands cartons qui, une fois vidés ne nous servent plus à grand chose et deviennent même encombrants.

    Lire la suite
  • Anne & Thomas, un couple en or.

    unnamed IMG_0729

     

    Chaque Histoire a une histoire. Et les vitrines de ma boutiques en ont une. Drôle, cocasse, à l'image du reste. Quand en 2013 je décide de prendre en mains ma marque et d'ouvrir mon magasin, après les travaux, je n'ai plus un sou pour terminer ma devanture comme je l'entends. J'aurais alors adoré un néon façon Old Las Vegas annonçant notre présence. Mais ce ne fut pas possible. Alors voilà la boutique est vierge de toute inscription et finalement le côté anonyme me convient absolument. Pas la peine d'enlaidir la rue. Et au fil des semaines, après réflexions, je me décide à pousser le concept plus loin. Au lieu d'exposer des chaussures dans la vitrine, je veux proposer aux filles qui passent le seuil de le faire par le biais d'un autre univers. Celui du jouet, du film, de l'imaginaire. Il suffisait de trouver les bonnes personnes pour mettre en scène mon désir de surprendre. Thomas et Anne Baudeau sont les deux artistes en charge de cette invitation au voyage.

    Lire la suite
  • Wissam, artiste de livraison.

    Tout comme le design, la fabrication, la vitrine de notre magasin, les détails dans leur ensemble, je tente de prêter un maximum d'attention à tout ce qui fait mon univers. Car en le soignant ce sont les clientes que je soigne. Et en ce sens quand il a été question d'ouvrir mon site et de choisir notre prestataire, j'ai d'emblée pris Chronopost sans la valse d'une hésitation. Parce que lorsqu'on commande une paire de chaussures on la veut le plus rapidement possible. Mais le chemin ne s'arrêtait pas là. En plus de ce service sur-mesure, il me fallait la personne adéquate pour venir les récupérer à notre bureau. La personne en question devait être en phase avec mon univers et sa préciosité. J'ai donc passé un casting chez Chronopost qui a bien voulu se prêter au jeu. J'ai rencontré une centaine de personnes pour sélectionner celui qui le soir vient récupérer vos petits paquets d'amour.

    Lire la suite
  • Le meilleur festival de la planète

    tumblr_o6dicxzd6O1qa70eyo1_540 tumblr_o6rzmtZw5s1r1hjqso1_400

    C’est donc reparti pour ce fameux et indétrônable meilleur festival du monde qui malgré une très rude compétition, reste le plus brillant et le plus convoité d’entre tous. A chaque approche de son ouverture, chaque réalisateur, chaque producteur se dépêche et finit son film à la hâte dans l’espoir d’être sélectionné en officielle, en parallèle, ou au moins sur une plage de la Croisette.

    Lire la suite
  1. 1
  2. 2
  3. 3
Continue shopping
View cart & checkout
Continue shopping
View cart & checkout