La rentrée, on va la lover

 

C'est la rentrée, bordel. Bordel parce que lorsqu'on doit se préparer à mettre les mains, les pieds, le cou, le corps tout en entier dans une nouvelle année, il faut être préparées ou au contraire complètement relâchées pour se dresser et affronter un adversaire qui peut paraître démesuré. Démesuré selon les objectifs qu'on se fixe : être une winneuse, être une bonne copine, une bonne petite amie, une bonne sportive, un bon coup, une bonne maman (salut les confitures), une bonne citoyenne (salut ça va Manu)... la liste est longue mais globalement, à chaque rentrée on a envie de l'aborder comme une nouvelle classe, genre je suis en CM1, comme une nouvelle étape avec ce désir de s'améliorer, pour s'émanciper surtout et parce que l'être humain veut, tout simplement, s'élever. On a envie de se faire du bien, et aussi parfois, d'arrêter de se faire du mal. Comme avoir envie d'arrêter de fumer, de boire, de manger gras, de rien faire de son dimanche, de mal parler à ceux qu'on aime. Alors on prend des résolutions, on se dit qu'on fera mieux ce coup-ci. On se retrousse les manches du marcel et on va mettre les mains dans le cambouis à la recherche de la panne qui nous a empêchée d'être celle, l'année passée, qu'on projette d'être lors de cette nouvelle rentrée.

 

Déjà vers le mois de juillet, on a repéré les cours de yoga bikram, de krav maga, de pilates. On a repéré les salles, les horaires et les jolies tablettes de chocolat que d'intenses séances pourraient dessiner sur notre ventre. Et puis entre deux arrivent les vacances qui vont permettre de se regonfler à bloc pour affronter les objectifs fixés. On va aller au bord de la mer se ressourcer, on va boire du rosé pour engloutir l'année passée, on va faire la fête, on va faire des barbecues, faire la bringue, danser, boire des apéros le midi, au goûter, bref décompresser du travail, des activités physiques, de la famille, de l'école en cas de kids et laisser dérouler le tapis rouge du "je m'en bats le clito".
Il existe celles qui partent en randonnées, qui vont s'ouvrir leurs poumons à l'air pur des Vosges, du Morvan, ou qui partent sur le chemin de Saint-Jacques se casser la plante des pieds à la recherche de réponses qu'elles ont sous le nez.
Il y a celles qui ne partent pas parce qu'elles ne le peuvent pas malheureusement. D'autres parce qu'elles ont un projet personnel à terminer, une thèse, un appart, un bébé à accoucher.
Cette période estivale est toujours riche en tout ou en abominablement rien.
Mais quoi qu'il en soit, la rentrée provoque toujours un remous émotionnel que l'on tente de contrer en prenant des dispositions. Comme si l'on s'équipait de duvets, de bonnets et de piolets avant de gravir l'Annapurna. Car une rentrée est une renaissance. On remet les compteurs à zéro et on espère avoir un nouveau moteur sous le capot, avoir gagné en maturité pour faire un moonwalk sur la face à la life.
En fait la rentrée, on nous en fait tout un plat  alors qu'il ne s'agit que d'une entrée, légère. C'est comme l'idée qu'on se fait de se baigner dans la Mer du Nord. On en claque des dents, à se les déchausser rien que d'imaginer y tremper un orteil. Mais une fois rentrée dedans, on est bien, bien comme sous une couette avec un mec velu genre Demis Roussos. Eh bien la rentrée c'est la même chose, inutile de s'en faire toute une histoire, il ne s'agit que de l'introduction à un long roman. Un long roman d'aventures palpitantes, un long roman d'amour où l'on se roule des pelles, où l'on se pelote comme sur un drive-in. Bref la rentrée c'est le prologue à un beau roman, à un belle histoire (salut Michel).
Donc c'est bien de se mettre des objectifs, de se prendre pour un grand ordinateur (salut Francis), de se préparer mentalement et physiquement à être la meilleure, à vouloir tout déchirer... oui bien sûr vous pouvez. Mais vous pouvez tout aussi bien continuer à vous prélasser, à être cools, à prolonger l'effet vacances, l'effet piscine, l'effet Spritz, l'effet " la rentrée on s'en moque, ce qu'on veut c'est être détendue et voir la vie par le prisme de la jouissance". Et qui dit jouissance dit chaussures et qui dit chaussures dit Patricia. Vous voyez les équations sont simples dans la vie. Si vous voulez une bonne rentrée, il faut sortir et pour cela, rien de mieux que de rentrer dans une paire de Patricia.

← Article précèdent Article suivant →

Continue shopping
View cart & checkout
Continue shopping
View cart & checkout